Grosse pression vendeuse au carnet en préouverture

Vincent voit la grosse pression vendeuse au carnet en préouverture ; il décide donc de jouer l’accélération de la baisse immédiatement après l’ouverture, tel qu’on l’a vu sur la bourse pour les nuls ; il shorte à 9 :00 :00 10000 titres pour voir ; il est exécuté à 0.50 sans problème vu les quantités au carnet, avec un ordre au marché, il tape la meilleure limite acheteuse de la fourchette 0.50/0.51.
Vu sur nessfx courtier, le titre continue de baisser vers les 0.45 euro vers 9h15 et il rebondit ensuite vers les 0.47/0.48 à 9 :34 :22 ; voyant la résistance du titre à descendre plus bas, il décide de se racheter vers 9h30 à 48 cents (il va taper avec un ordre au marché les meilleurs vendeurs de la fourchette 0.47/0.48 soit à 48 cents, visible à droite sur le carnet ci dessous).

Il a donc pris deux cents par titre vendu à découvert/racheté ce qui lui suffit en intraday ; ce petit trade sans prétention mais finalement assez peu risqué, est significatif de son approche qui recherche : de la volatilité et des volumes, des baisses fortes qui sont plus rapides en général que les hausses, des annonces claires (ici négative) entraînant des réactions du marché sans ambiguïté (ici la panique baissière sur le titre).

Carnet d’ordres Infogrames du 15 juin 2006 à 9 :34 :22

image4
Source : www.dubus.fr

Conclusion

Des approches empiriques et opportunistes :  approche trading est artisanale, bricolée, pragmatique et de court terme

Les compétiteurs rencontrés lors de ce travail de reporting ont tous une stratégie d’approximation par essais et erreurs : ils ont trouvé eux-mêmes leur propre mode d’intervention en observant le marché, en choisissant ce qui marche et en laissant ce qui ne fonctionne pas ; ils adaptent en permanence leur approche à l’évolution du contexte changeant du marché.

Ils utilisent les mêmes outils que les autres et même plutôt moins, mais ils les utilisent de façon plus efficace et avec le bon timing opératoire au niveau des entrées-sorties de position sur les valeurs.

Les compétiteurs intraday et overnight font preuve d’un opportunisme de marché total, prenant la volatilité que celui-ci leur donne et réduisant leur horizon d’investissement de quelques heures à quelques jours au maximum.

Ils ne savent pas ce que seront les marchés à six mois, trois mois, un mois et même pas demain ; trop d’évènements impondérables et imprévus peuvent surgir ; ils n’ont donc aucun conseil à donner ni de pronostics à court-moyen termes ; ils ont limité leur horizon au très court terme.

Les traders CT intraday et overnight sont des continuateurs-prolongateurs-accompagnateurs-suiveurs de tendance (trend followers) avec une préférence pour les accélérations par break up avec take off sur volumes.